15.03.2018 – Parution du livre de J.R. Freymann L’inconscient pour quoi faire ?

L’inconscient pour quoi faire ?

– Introduction à la clinique psychanalytique –

Jean-Richard Freymann

Arcanes-érès, 2018

Cet ouvrage répond à une nécessité contemporaine : à la dominance techno-scientiste de la médecine et au dogmatisme de nombre d’Écoles de psychanalyse, l’auteur oppose la subversion de la clinique psychanalytique.

Dans cet « Abrégé de clinique psychanalytique », en hommage « irrévérencieux » à Freud et son Abrégé de psychanalyse, l’auteur reprend tous les tableaux cliniques à l’aune de la conflictualité du discours, pour essayer de rendre compte des enseignements de la pratique. Chaque chapitre est organisé autour d’une question à partir de laquelle il revient aux fondamentaux en s’appuyant sur la clinique contemporaine. Il s’interroge sur la place de l’inconscient freudien aujourd’hui, malmenée par le discours dominant des DSM, et les conséquences que cela provoque méthodologiquement, culturellement, et dans la formation des nouveaux « cliniciens ».

 

Présentation à la Librairie Kléber

le 24 mars 2018 à 17h

par

– Liliane Goldsztaub, psychanalyste, psychologue, Maître de conférence à la Faculté de Psychologie de Strasbourg

et

– Guillaume Riedlin, psychanalyste, psychiatre, chef de clinique aux Hospices Civils de Strasbourg.

Psychanalyste, psychiatre, président de la FEDEPSY, PHA au CHRU de Strasbourg, directeur de l’Ecole Psychanalytique de Strasbourg.

16 mars 2018 : Journée organisée par la Société de Psychiatrie de l’Est

 

 » Intervenir précocement : modalités et enjeux »

Les séances se tiendront dans la salle polyvalente du Centre Psychothérapique de Nancy (CPN), le vendredi 16 mars 2018.

Vous pouvez dès maintenant nous retourner votre fiche d’inscription : le nombre de places sera limité en fonction de la capacité de la salle.

Secrétariat Société de Psychiatrie de l’Est

SPE Programme 16 mars 2018

Fiche d’inscription

Disparition de Marisa Decat de Moura

Nous pleurons la disparition de Marisa Decat de Moura, une grande amie, une « élève », une pionnière et la responsable d’un groupe de la FEDEPSY à Belo-Horizonte au Brésil.

A l’heure où l’ECF avait coutume à impérialiser l’Amérique du sud, avec quelques-uns Marisa a défendu contre vents et marées une psychanalyse vivante, clinique, en évolution perpétuelle.

Après un séjour universitaire à la Faculté de Psychologie de Strasbourg, elle a maintenu des liens qu’elle a tissés et développés.

Liliane Goldsztaub et moi-même avons pris la mesure de son implication dans la clinique Mater Dei où elle dirigeait le service de psychologie dans la pratique médicale de chaque jour. Dans les missions oecuméniques de la psychopathologie brésilienne, elle a su maintenir la place du champ psychanalytique.

Elle me manque tellement avec son sourire ironique et sa curiosité si internationale.

Jean-Richard Freymann

Marisa Decat de Moura nous a quittés le 14 décembre 2017. C’est avec tristesse que nous avons appris la nouvelle. Cette femme de haute qualité toujours souriante et accueillante a été une pionnière de la psychologie et de la psychanalyse en milieu hospitalier au Brésil. C’est à Belo Horizonte où elle exerçait, qu’elle n’a cessé de transmettre la pensée de Lacan, formant, guidant les jeunes générations. Membre active de la FEDEPSY, elle organisait aussi régulièrement des congrès internationaux dans diverses villes du Brésil, qui rassemblaient plus d’un millier de personnes. La FEDEPSY et l’université de Strasbourg ont des liens privilégiés, grâce à elle, avec un certain nombre de psychanalystes et d’universitaires du Brésil. Nos pensées vont vers sa famille, ses amis et tous ceux qui ont eu la chance de bénéficier de ses savoirs.

Liliane Goldsztaub