« On a été tétanisé par l’idée qu’on pouvait être intolérant et du coup nous avons toléré l’intolérable »
Elisabeth Badinter

Le texte ci-dessous, qui nous est parvenu de nos collègues israéliens, témoigne de l’horreur perpétrée par le Hamas. Le refus de nommer les auteurs de ces actes déshumanisés « terroristes » est un déni de la réalité qui tente de minimiser voire d’excuser la barbarie, et indirectement participe à la déshumanisation.

La Fedepsy, en diffusant la lettre de nos collègues, vise, comme toujours, à nous interroger, nous psychanalystes, comment combattre la déshumanisation qui prend de l’ampleur dans nos sociétés.

Cette interrogation est à faire dans tous les domaines : historiques, sociétaux, sociaux, politiques, techniques, biologiques et dans l’organisation du travail.

La lutte contre la déshumanisation est un gain sur les destins pulsionnels autres que la haine, la violence, et la désobjectalisation.

Jean-Richard Freymann et Liliane Goldsztaub

 

Lien vers la Lettre de la Société Psychanalytique en Israël :

https://fedepsy.org/wp-content/uploads/2023/11/Lettre-de-la-Societe-Psychanalytique-en-Israel.pdf