Analuein N° 25 – janvier 2016

 

Ce dernier numéro d’Analuein est diversement traversé par le mouvement électif des affinités entre l’art et la psychanalyse. L’art poussé dans ses retranchements, comme la psychanalyse poussée à son terme, ont ceci de commun de n’être inféodés à aucun pouvoir, ni devoir, sauf à celui d’un bien-dire où écrire : « Wo es war, soll Ich werden ». Ni l’un ni l’autre n’ont vocation à changer le monde. Rendre la tragi-comédie de la vie un peu plus supportable ; nous aider à supporter le Réel.

Joël Fritschy

Analuein n° 25 – Janvier 2016 (PDF)

Analuein – N°24 – Juin 2015

Femme, psychanalyste, juive, singulière, engagée… assassinée !
Ce riche numéro d’Analuein est dédié à Elsa Cayat, assassinée dans les locaux de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.
C’est à une collègue, elle était psychiatre et psychanalyste, que nous rendons ainsi hommage.
Elle faisait partie de ceux qui savent mettre les enseignements de la psychanalyse à la portée de tout un chacun, que ce soit dans sa rubrique bimensuelle dans Charlie Hebdo, ou dans ses livres.

Analuein N°24 – Juin 2015 (PDF)

Analuein – N°23 – Décembre 2014

Ce nouveau numéro d’Analuein présente des contributions dans différents champs de la psychanalyse en intension et la psychanalyse en extension. Nous avons choisi dans cet éditorial de mettre l’accent sur la particularité qu’il porte – ce dont plusieurs contributions sont le vecteur – de dessiner un mouvement de retour sur les questions amorcées dans le précédent numéro d’Analuein, à savoir la spécificité du discours analytique et son mode de transmission1, ainsi que les fractures doctrinales et leurs effets institutionnels.

Analuein N°23 – Décembre 2014 (PDF)

Analuein – N°22 – Juin 2014

Ce nouveau numéro d’Analuein présente, tel un kaléidoscope, des contributions spécifiques au champ analytique mais aussi à d’autres champs – médical, philosophique, artistique, politique, social, institutionnel –, marquant ainsi le nouage de la psychanalyse en intension et extension.

Analuein – N°22 – Juin 2014 (PDF)

Analuein – N°21 – Décembre 2013

L’émergence de la psychanalyse est un des premiers signes du passage vers la démocratie. Ce passage se fait rarement sans difficultés ; le devenir des printemps arabes est là pour nous le confirmer si besoin était. Il s’accompagne d’un affranchissement de la colonisation qui lui-même est loin d’être simple. Les obstacles que rencontrent ces deux mouvements nous rappellent le processus de déshumanisation qui envahit de plus en plus rapidement notre société qui n’est pas sans lien avec la dénazification très partielle qui s’est opérée depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale

Analuein – N°21 – Décembre 2013 (PDF)

Analuein – N°20 – Juin 2013

Pas un jour ne passe sans que les médias ne fassent retentir une nouvelle sonnette d’alarme. Chaque jour nous absorbons un flot d’informations pour le moins déconcertantes. Normes, procédures, évaluations, impostures, scandales… « Economisme », omnipotence de l’argent, l’« écomystification » galopante a infiltré de nombreux domaines de la vie et le discours STM (scientifico-technico-marchand) continue d’écraser le sujet en le figeant dans des énoncés qui n’envisagent plus le monde qu’en termes de profit.

Analuein – N°20 – Juin 2013 (PDF)

Analuein – N°19 – Décembre 2012

Ce nouveau numéro d’Analuein est marqué par la diversité des contributions dans les différentes rubriques qui en font la structure. Une lecture transversale permet de repérer l’un des fils conducteurs, point de rencontre et de dialogue possible entre les auteurs. Lacan et Freud y sont nommément convoqués, et le discours analytique dans le croisement avec les autres discours avec, soulignons-le, un accent particulièrement aigu porté sur les effets du discours capitaliste sur le lien social et le sujet.

Analuein – N°19 – Décembre 2012 (PDF)

Analuein – N°18 – Juin 2012

de science-fiction Philip K. Dick – un des critiques les plus vertigineux de notre monde de fauxsemblants et de paranoïa galopante – prévoit la fin de la psychanalyse au milieu du XXIe siècle. Dans un monde marqué par la victoire nazie de 1945, il n’y a qu’une seule super-puissance : les USEA, l’Allemagne ayant été acceptée comme nouvel Etat de l’Union. Après plusieurs années de lutte, le puissant cartel de l’AG Chemie a imposé au monde l’idée d’une pharmacothérapie des maladies mentales et obtient du congrès la mise hors la loi de la psychanalyse. Le roman s’ouvre au moment où le Dr Egon Superb, « dernier représentant de la tradition des analystes de l’école de Vienne », reçoit son dernier patient. A l’instant où celui-ci s’allonge sur le divan, la police fédérale constate le délit et arrête le psychanalyste

Analuein – N°18 – Juin 2012 (PDF)

Analuein n° 17 – Décembre 2011

EDITORIAL
Trente ans
Laurence Joseph

Nous ne pouvons pas aborder cet édito d’Analuein sans évoquer les trente ans de la mort de Jacques Lacan au mois de septembre dernier. Cette date anniversaire a été largement reprise dans la presse, les radios et la télévision. Le témoignage et la filiation étaient au cœur des débats et des publications, une question sans cesse s’entendait : qui a vraiment connu Lacan, qui était cet homme, qui a su voir au-delà des apparences et presque coincer la « substance Lacan»?
En écoutant le flot de témoignages et d’anecdotes, je me faisais la réflexion suivante : voici une famille qui a perdu son père, frères et sœurs se réunissent pour reconstituer le corps et la voix du père mort.

Analuein n° 17 – Décembre 2011

Analuein n° 16 – Juin 2011

EDITORIAL
Hervé Gisie
Le précédent numéro s’était ouvert avec Daniel Lemler sur la question de la transmission et le
passage de relais d’une génération à une autre et sur le souhait de sortir de la politique d’« après moi le déluge » en nous proposant de faire acte de transmission, sans toutefois ignorer que ce qui se transmettra nous aura échappé.
Aujourd’hui, l’actualité tous azimuts nous donne l’occasion de proposer ces deux questions en guise de préambule : les enfants sont-ils des victimes expiatoires des crimes, de l’amour propre, de la cupidité ou du délire de leurs pères ou de leurs mères ? Faut-il le sacrifice de l’enfant pour un monde meilleur ? Quoiqu’il en soit, le printemps arabe est parti du fond de la Tunisie, sous l’impulsion de la jeunesse, initié par le sacrifice d’un fils du peuple – jeune chômeur diplômé – livré aux flammes. Les révoltes populaires qui viennent de se dérouler au Maghreb et qui se poursuivent au Proche-Orient inaugurent-elles une « métamorphose de l’Histoire », une sortie
de la servitude volontaire ?
La première leçon qui peut en être tirée, ou du moins se rappeler à nous, c’est qu’un pouvoir fort ou une dictature, qui la veille encore semblait inébranlable, n’est pas à l’abri de contestations et de revendications sociales, y compris, dans un second temps, provenant des classes moyennes déjà bénéficiaires de l’ouverture économique. La demande de liberté d’expression, du droit de choisir ses dirigeants, de révulsion face à la corruption et aux inégalités sociales, sont de puissants moteurs, quelles que soient les latitudes. Le billet de Jalil Bennani nous en donne un écho du Maroc.
Fait nouveau, les foules levées grâce à Internet n’étaient pas constituées par un prolétariat mais
bien de jeunes, chômeurs et désœuvrés, à l’avenir bouché, avides d’entrer dans le monde du salariat et de la consommation et marqués par l’aspiration à participer pleinement aux échanges et à toutes les jouissances de la globalisation.

Analuein n° 16 – Juin 2011