ÉDITORIAL

Introduction à la rentrée

Jean-Richard Freymann

13/09/2018

Quelle période difficile doivent s’écrier les scolaires de tous niveaux ! Il s’agit pour chacun de reprendre ses activités et ses rituels et d’aucuns auront envie de dire comme Georges Brassens : « Quand je cherche les amis, je regarde le gazon ! »

Il s’agit de poursuivre…

Pour la FEDEPSY cette poursuite risque d’être riche en activités et en émotions. D’ores et déjà chacun peut recevoir l’information concernant l’ensemble des activités, de la Fédépsy, d’Apertura-Arcanes, d’Asserc, du Cafer, les activités avec la clinique psychiatrique et la faculté de psychologie.

Le cheminement analytique se poursuit avec de plus en plus de résistances totalitaires autour de nous (suivez l’Europe !) et il s’agit de tenir bon… mais à quoi ?

  • Il faut qu’il soit possible de vivre avec la conflictualité au sein du sujet en soutenant l’écart entre le contenu manifeste et les pensées latentes.

  • Que l‘interprétation analytique ne soit pas une interprétation religieuse.

  • Que les croyances ne soient pas des certitudes et que l’on puisse oser remettre en cause les convictions les plus évidentes et à la mode.

À l’heure actuelle le « transgénérationnel analytique » se poursuit à partir de Strasbourg et vous constaterez dans tous les programmes que les jeunes analystes s’y mettent et que des analystes – pourtant âgés ! – poursuivent le fil du « désir des désirs ».

Et nous allons ouvrir aussi l’École Psychanalytique de Strasbourg à bien d’autres institutions.

Comment créer de nouveaux liens sociaux plus singularisés ?

_________________________________________

PRÉAMBULE ATTRISTÉ

Jean-Richard Freymann

6 août 2018

L’été est chaud et les pertes sont bouleversantes. Charlotte Herfray vient de nous quitter et je me sens à la fois orphelin et en perte d’une amie. Et quelle perte !

Tu laisses derrière toi tant de réalisations :

  • des écrits novateurs
  • des relations à l’autre si joviales, où après une rencontre l’on ne se sentait jamais pareil qu’auparavant.

Charlotte laisse derrière elle beaucoup d’élèves enthousiastes, à l’université, dans la psychanalyse, dans la psychologie de groupe…

Nous avions des amitiés communes où nous nous rencontrions si souvent, en particulier autour de Lucien Israël qui s’était entouré d’une cour si chaleureuse. Que faire pour retrouver un peu de cette chaleur des colloques singuliers, à la fois plein de « Witz », cette maison toujours ouverte où Gaby Israël était l’organisatrice ?

Au niveau plus personnel, Charlotte Herfray m’avait toujours poussé à poursuivre l’effort générationnel : place aux jeunes, ne pas les lâcher ! C’est ce qu’elle a toujours fait, dans sa famille avant tout. Elle qui a si bien parlé de « la vieillesse » savait s’adresser aux plus jeunes. Et c’est aussi grâce à elle que la FEDEPSY peut se poursuivre avec la prise de responsabilités de jeunes.

Ce qui va me manquer terriblement c’est le moment de la remise de ses manuscrits et la manière dont elle pouvait parler de ses propres écrits.

Mes amis, quelle modestie ! Une manière non seulement de parler de ses hypothèses mais de toujours se situer politiquement, par rapport aux institutions, au totalitarisme, aux dégénérescences du capitalisme.

Elle n’arrêtait pas de souligner – et cela est un message d’espoir – qu’il faut (sollen) soutenir ceux qui ont un rapport à la notion de « Mensch » et militer contre tous les racismes et antisémitismes.

Maintenons ce pari et cet espoir !

EDITO Septembre 2018

PREAMBULE Ch. Herfray Août 2018

ÉDITO Mars 2018

EDITO Février 2017

EDITO Août 2016

EDITO Juin 2016

EDITO Janvier 2016

EDITO Janvier 2015

EDITO Mars 2014